Parcoursup : une attente interminable pour un avenir inconnu

Clément

Publié par Clément

J'ai une drôle d'histoire à vous raconter. Tout s'est déroulé en Terminale. C'était en 2018, lorsque j'ai passé mon bac (que j'ai eu, et avec mention en plus).

Je ne sais pas si vous vous souvenez de ces jours où vos profs, vos proches, vos parents n'arrêtaient pas de vous prendre la tête pour votre avenir. Car oui, c'était votre avenir qui était en jeu lorsque vous deviez choisir votre orientation, vos prochaines études. 

 

Moi, j'étais complètement perdu : je ne savais pas quoi faire. Quand j'étais petit, je voulais faire cuisinier, mais la réalité du monde du travail m'a montré que c'est loin d'être facile, et que ce n'était pas du tout l'image que je m'en faisais quand je n'étais qu'un enfant. Puis, j'ai commencé à prendre goût pour les sciences, et ce à partir du collège. Je crois bien être tombé sur des professeurs aui aiment leur métier. Quand j'étais en 5éme, il fallait réaliser des fiches métiers, et je me suis rendu-compte que je voulais être maieuticien... Mais qu'est-ce que c'est ??? C'est simplement le mot savant que l'on emploie pour parler du métier de sage-femme. Puis avec les années, ça m'est sorti de la tête, mais je voulais toujours travaillé dans le domaine de la médecine ; j'ai même voulu faire PACES. Mais mes parents m'ont vite découragé, et m'ont clairement fait comprendre que je n'étais pas fait pour ça. En réalité, ils ne m'ont jamais vraiment soutenu ; il a toujours fallu faire comme eux avaient envie. Et croyez-moi, ce n'est pas facile tous les jours. 

 

Les années ont donc passées... Puis c'était enfn la dernière année au lycée. J'étais plutôt bon élève, mais pas de quoi se venter quand le premier de la classe vous dépasser avec près de 4 points sur la moyenne. Toutefois, cette année fut inoubliable malgrés le grand nombre de péripéties. Est arrivé le moment de s'inscrire sur la plateforme Parcoursup, sur laquelle il fallait décider de ses projets, de ses études. Comme je vous l'ai dit, je ne savais pas, ou plutôt plus quoi faire. J'ai donc parlé longuement avec mon professeur de sciences, et on en est arrivé à la conclusion suivante : je vais tenter ma chance en prépa. 

 

J'ai donc fait mes voeux. J'ai choisi plusieurs écoles, et pour m'assurer une place certaine, j'ai demandé la fac de sciences de Monptellier et de Lille. 

Fac de Sciences    ACCEPTE

CPGE à Arras        ACCEPTE

CPGE à Lille       ACCEPTE

CPGE à Pau      EN ATTENTE 

CPGE à Montpellier       EN ATTENTE

CPGE à Bordeaux        EN ATTENTE

CPGE à Toulouse       EN ATTENTE

 

Je suis resté en attente durant un petit bout de temps, mais un beau matin, j'ai eu une réponse positive pour intégrer l'école à Toulouse. Durant cette attente, je ne pouvais malheureusement pas voir mon classement. Il ne s'affichait pas comme il aurait dû. J'ai donc appeler directement les écoles pour connaître le classement, mais je n'avais que ma position initiale, donc je ne connaissais jamais mon avancée. C'était le flou totale. Mais une fois acceptée, j'en ai eu ras-le-bol de toujours patienté, j'ai donc fini par accepter ma place à Fermat, à Toulouse. 

 

Voilà maintenant deux ans que je suis en prépa, en BCPST, et je ne regrette en rien mes choix. Le cours de la vie s'achemine doucement. 

 

Place aux concours maintenant !!

 

Avez-vous aimé ? Partager