Comment ai-je atterri dans la case "prof" ?

Sylvie

Publié par Sylvie

     Pourquoi je suis devenue professeure particulière

                                              Je n'avais jamais pensé à devenir prof au départ puisque je souhaitais être hôtesse de l'air comme ma mère.

Mais, tout s'est passé autrement.

 

Alors, comment en suis-je arrrivée là ?

                            En dehors du fait que lorsque j'étais plus jeune, je donnais des cours de soutien scolaire dans ma ville pour me faire de l'argent de poche, il m'a été proposé, plus tard, de donner des cours de rattrapage à des élèves de primaire et secondaire, scolarisés dans une ville voisine.

C'étaient des élèves en difficulté scolaire ils avaient besoin d'aide, sauf que leurs parents n'avaient pas les moyens de leur payer des cours particuliers.

Naturellement, ils se sont inscrits à l'association dans laquelle je travaillais car les cours y étaient donnés gratuitement; ils n'avaient qu'à y passer le soir, à la sortie de l'école, pour revoir les points difficiles de leurs leçons de la journée avec moi.

Je faisais toutes les matières; ça allait des maths à la géographie, en passant par l'histoire et le français. 

Ce travail fut très gratifiant pour moi car ces enfants et ados  m'ont tout de suite adoptée. Ils comprenaient parfaitement ce que je leur expliquais, sans que j'aie à me répéter plusieurs fois.

Je crois que l'ambiance y était pour beaucoup. D'abord parce que je ne leur reprochais jamais rien. Ensuite, je passais d'un jeune à l'autre (et donc d'une classe à l'autre !) sans rechigner, sans faire aucune remarque, sans avoir l'air débordée.

Du coup, ces enfants ont pris confiance et se sont mis à travailler beaucoup plus : ils ont eu envie d'apprendre. 

 

Apprendre en chantant

                            Et puisque je faisais aussi des animations, je me suis mise à leur apprendre des chansons en anglais.

Mais, pas n'importe quelles chansons : les chansons qu'eux aimaient entendre. Donc, pas des chansons imposées par le programme scolaire (et qu'ils ne captaient pas forcément).

Ainsi, une fille de 14 ans qui avait beaucoup de mal avec l'anglais se mit à apprécier cette langue après que je lui ai appris les paroles de la chanson du groupe Boney M "By the rivers of Babylon".

Vous pouvez en écouter une version avec paroles ici :

https://www.youtube.com/watch?v=vYK9iCRb7S4

 

Non seulement, je lui en avais appris les paroles, mais je les lui avais traduites également, sans compter que je lui faisais chanter la chanson. Elle avait trouvé l'histoire racontée dans cette chanson très intéressante. 

A la sortie des cours, tous les jours, cette gamine commença à quitter moins vite la salle de cours : elle attendait que je ferme la porte de la salle pour m'accompagner jusqu'à ma voiture.Et, sur le chemin, on chantait cette chanson ensemble. Là, elle rayonnait d'une joie simple, une joie d'enfant.

 

 

Monsieur Martin

                                  Ce que tous  ces élèves aimaient dans ma façon de donner les cours, c'était ma "coolitude".

Je ne m'énervais jamais. Je ne me montrais jamais impatiente. Je répétais la même chose 10 fois de suite s'il le fallait, comme l'avait fait en son temps mon ancien prof de math , monsieur Martin (il fut le meilleur prof que j'aie jamais connu, de toute ma scolarité).

Avant monsieur Martin, je n'aimais pas les maths.

Avec monsieur Martin, j'ai non seulement aimé les maths, mais je me suis mise à les comprendre avec une facilité déconcertante. Je m'inpressionnais moi-même parce que j'avais régulièrement des notes hallucinantes; du genre 119/120 ...

Je me souviens surtout de ses théorèmes...J'aimais beaucoup ses démonstrations de théorèmes.

Bref, j'ai alors fait comme mon ancien prof, monsieur Martin. Et les élèves du cours de soutien scolaire ont commencé à aimer les cours en général. Mon sens de l'humour y était aussi pour quelque chose, il faut le dire...

 

Ma fille, mon élève

                          Ma fille aussi a été victime de mon sens de l'humour particulier. Lorsque, pour les révisions de ses cours d'Histoire, je lui racontais ces histoires du temps passé avec gestes et commentaires, elle rigolait tellement que le cours d'histoire avait cessé d'être ennuyeux pour elle. Elle a aussi appris l'anglais en rigolant, à cause de mes clowneries. Tous les soirs, au moment de faire ses devoirs, elle m'appelait volontier et je l'aidais, en la faisant rire à en avoir mal au ventre. 

 

L'AFPA

                             Bien plus tard - il y a deux mois, en fait -  c'est au sein de l'AFPA de la ville voisine que j'ai compris qu'il fallait que je devienne prof. C'était durant une formation d'anglais commercial pour adultes. Spécial "Vêtements en prêt-à-porter".

Je devais m'inscrire dans cette formation car c'était la condition sine qua non pour qu'une entreprise m'embauche, m'avait-on dit. 

Donc, je me suis inscrite et...Tout de suite, la professeure  et les stagiaires m'ont demandé pourquoi j'étais là puisque je parlais déjà anglais. Je suis restée discrète dans ma réponse et ne leur ai pas parlé de l'entreprise qui avait posé pour condition d'embauche que je prenne des cours d'anglais commercial.

Mais, peu après,  j'ai commencé à les aider, chacun son tour. J'ai même dit à la prof que je pouvais la seconder pour, au moins, avoir une raison d'être payée par l'Etat à suivre une formation.

La prof était d'accord et contente. Je me proposais pour lui faciliter la tâche. Et ça me faisait plaisir !

Durant ces trois semaines de formation, tous les stagiaires m'ont dit qu'il fallait absolument que je devienne prof. Que c'était ça, ma vocation. Même la prof m'a demandé de devenir prof !

Pourquoi ? Parce que tous les stagiaires se sont mis à comprendre les leçons, entre les explications de la prof et les miennes . Ils étaient contents que je les aide, m'ont-ils dit.

 

Après cette fromation à l'AFPA, j'ai réfléchi quelque temps, puis j'ai pris la décision de bifurquer du chemin que je m'étais tracée sur le plan professionnel : j'allais désormais donner des cours. Ou, du moins, faire du soutien scolaire.

Alors, je me suis inscrite sur le registre des enseignants en profession libéral et...J'ai découvert Voscours.fr en faisant des recherches sur le net pour devenir professeur particulier en ligne. 

Dès que je suis tombée sur Voscours, j'ai pensé que j'avais trouvé ce qui me correspondait. 

 

Conclusion :

Je suis une nouvelle professeure sur ce site; encore en pleine construction de mon profil. Mais, j'espère que, grâce à voscours.fr, je pourrai bientôt exercer ce "talent" d'enseignant que, d'après beaucoup de monde, je possède.

Toutes léquipe de Voscours m'aide à y arriver et je l'en remercie.

 

 A bientôt !

 Sylvie

 

 

 

 

 

 

 

 

Avez-vous aimé ?
Sylvie

Sylvie Beli voir le profil

Prof particulier

Donnez cours anglais et Français

Suivez-nous
© 2007 - 2018 Voscours.fr Plan du site: Professeurs particuliers